Nationale

Editorial de la Présidente

Cinq raisons de booster le neuf dans le plan de relance

On entend beaucoup dire que la relance passera plus par la rénovation énergétique des bâtiments que par la construction. Pourtant, le neuf apporte des réponses, et doit être soutenu, pour au moins cinq raisons.  

 

1. Construire, pour répondre aux besoins de logements :

nous ne manquons pas globalement de logements en France, mais de logements abordables et de qualité à proximité des emplois et des services urbains. C’est vrai aujourd’hui, mais ça le sera plus encore demain, car la population augmente (nous serons 72 millions en 2050) et la taille des ménages diminue.

 

2. Construire, pour soutenir la croissance et l’emploi :

le neuf représente plus de 40 % de l’activité du BTP, qui emploie 1,1 millions de salariés, mais au-delà du BTP, le neuf contribue aussi à l’emploi dans le secteur bancaire (l’immobilier représente 80 % des prêts aux particuliers), l’architecture (29 000 architectes et 35 000 salariés), les bureaux de contrôle (35 000 salariés) ou le notariat (70 000 emplois, l’immobilier représente la moitié du CA). Soutenir le neuf, c’est aussi soutenir tous ces emplois.

 

3. Construire, pour redonner de la confiance aux ménages :

dans un contexte de crise, le risque d’une contraction durable de l’économie est réel si l’investissement des ménages ne repart pas. Il faut donc recréer de la confiance. Or acheter un logement sur plan, c’est une marque de confiance dans l’avenir, car c’est acheter un bien qui n’existe pas encore, souvent grâce à un emprunt bancaire qui engage sur la durée.

 

4. Construire, pour adapter rapidement le parc immobilier aux besoins des ménages :

le neuf permet de renouveler 1 % du parc de logements chaque année, donc de porter en 10 ans 10 % du parc à un niveau de performance et de qualité de vie élevé. La différence essentielle entre le parc neuf et le parc ancien réside dans la plasticité du premier et la rigidité du second. Le logement neuf permet d’adapter immédiatement l’offre aux besoins des ménages et à leurs usages, en tirant les enseignements de l’épidémie et du changement climatique.

 

5. Construire, pour accélérer l’émergence de la ville durable et résiliente :

on ne fera pas la ville durable uniquement en rénovant le tissu existant – a fortiori avec la seule rénovation thermique. Elle implique au contraire une logique d’aménagement et de renouvellement urbain, des projets de reprise de friches ou une promotion de la mixité fonctionnelle (habitat/service/commerce), qui constituent autant de savoir-faire des promoteurs, au service de la vision des élus locaux.

 

Pour préparer la France de demain, il ne faut pas moins de neuf, il en faut plus ! 

 

Alexandra François-Cuxac

Présidente de la FPI France