Nationale

Editorial du Président

Un congrès FPI utile

La semaine prochaine sera importante pour notre fédération. Privés pendant deux ans de Congrès en raison de la crise sanitaire, nous aurons enfin l’occasion de tous nous retrouver à Strasbourg, les 7 et 8 juillet prochains.

Ce 50ème Congrès sera notamment l’occasion d’échanger et de débattre avec nos partenaires, des élus, des universitaires, des représentants d’autres fédérations ou des acteurs de l’acte de construire sur les enjeux qui vont structurer notre profession pour les décennies qui viennent : la sobriété foncière et la trajectoire bas carbone.

Au-delà de ces débats, un Congrès permet également d’interpeller de façon solennelle le Gouvernement. Tous ensemble, nous le ferons en lançant « l’appel de Strasbourg » qui présentera les mesures que nous pensons indispensables à mettre en œuvre pour résoudre la crise du logement dans laquelle nous nous enfonçons progressivement. Nous espérons pouvoir remettre ce document au nouveau (ou à la nouvelle) ministre en charge du logement qui effectuerait ainsi un de ses tous premiers déplacements.

Les temps d’échange et d’écoute sont nécessaires au succès d’un Congrès. Ils ne sont cependant pas suffisants. C’est pourquoi j’ai voulu, avec les instances de la fédération, que ce Congrès permette encore plus d’interactions entre nous en favorisant les moments de convivialité.

Notre proximité est un des éléments de l’efficacité et de l’efficience des actions que la fédération des promoteurs immobiliers mène au quotidien auprès des pouvoirs publics. En rendant possible une compréhension fine des difficultés rencontrées au quotidien, elle nous permet de porter des messages plus concrets et plus incisifs. Votre mobilisation et votre présence nombreuse amplifieront la pertinence de la parole que je porte auprès des pouvoirs publics.

La tenue d’un Congrès est aussi l’occasion de mesurer tout le chemin parcouru et de regarder à la fois les déceptions et les réussites de nos actions. Nous ne baisserons pas la garde en cas d’échec et au contraire nous ferons preuve d’innovation pour avancer de nouvelles pistes et les transformer en futurs succès !

Et nous devons rester vigilants afin de consolider nos succès. Parmi les dernières réussites, je suis heureux de mentionner ici la publication récente d’un décret qui vient modifier le code de l’urbanisme et le code de justice administrative et qui rentrera en vigueur le 1er septembre prochain.  Ce décret reprend les propositions formulées par la FPI à la Commission Rebsamen (au sein de laquelle Christian Terrassoux nous représentait) en prorogeant jusque fin 2027 la suppression du degré d’appel dans les zones tendues et en étendant son champ, tout comme l’encadrement du délai de jugement de 10 mois, au contentieux des refus de permis. Ces dispositions, encore limitées dans leurs champs d’application, ont le mérite d’exister. C’est un point d’accroche indispensable pour des évolutions futures, que nous défendrons avec énergie, pour les rendre plus efficaces.

C’est vraiment ce type de victoire qui amplifie mon énergie, qui me motive tous les matins et qui redouble encore l’envie que j’ai de défendre notre beau métier : nécessaire, utile et noble.

Échanges, réflexions, convivialité : tous les ingrédients sont réunis pour faire du 50ème Congrès de la FPI un temps fort de notre profession dans une période politique charnière.

 

Pascal Boulanger,

Président de la FPI