Nationale

Editorial du Président

Prenons nos responsabilités !

Notre 50ème Congrès vient de s’achever.

Je tiens à remercier chaleureusement les adhérents qui, par leur présence, en ont fait un moment fort de notre vie fédérale. 

Ce Congrès, qui s’est tenu quelques jours seulement après la nomination de Monsieur Olivier Klein, Ministre de la Ville et du Logement, marque l’ouverture d’une nouvelle séquence, à plus d’un titre :

Nouvelle séquence politique pour l’exécutif :

Tout d’abord parce que nous avons un nouvel exécutif avec qui dialoguer, et notamment un ministre délégué et son ministre de tutelle qui sont tous deux des maires. Ils connaissent ainsi l’acte de construire mais aussi celui de reconstruire la ville sur la ville, à travers les projets de renouvellement urbains de leurs villes respectives et de surcroit la présidence de l’ANRU pour Olivier Klein.

Un bémol toutefois. Le logement restant hébergé dans un ministère délégué, nous resterons vigilants pour éviter qu’il ne soit pas considéré comme une simple variable d’ajustement, pris en étau entre les politiques budgétaire et environnementale, comme cela a été le cas sous le précédent quinquennat. 

L’Assemblée nationale est elle aussi renouvelée et devra désormais composer avec des alliances faites d’accords et de compromis sur chacun des projets de loi, voire sur chaque article de loi. Là encore, il nous faudra convaincre toutes les composantes politiques de la justesse de nos analyses ! Nous nous y employons dès à présent.

Nouvelle séquence institutionnelle pour la FPI :

Avec l’appel de Strasbourg, lancé solennellement jeudi 7 juillet, nous voulons travailler avec les pouvoirs publics à l’élaboration d’une Stratégie Nationale du Logement qui ne sera efficace que si elle concertée entre tous les acteurs.

La politique du logement a besoin d’un nouveau souffle, et construire une stratégie collective y participera. Ce sera l’occasion de partager des diagnostics, de formuler de grands objectifs et surtout de prévoir les leviers indispensables à leurs réalisations.

Au-delà du contexte économique qui nous impose de trouver des solutions pour relancer l’acte de construire (lequel est pourvoyeur d’emplois non délocalisables), le contexte politique assez inédit peut nous aider pour lancer cette nouvelle dynamique.

De tout temps, le logement n’a jamais été incarné par les candidats à l’élection présidentielle. La campagne 2022 n’a pas fait exception à la règle. Peu ou prou, les quelques propositions des candidats se différencient seulement au travers du niveau d’ambition de logements sociaux à construire et ou de logements à rénover. Pas de rupture majeure entre candidats.

Ce qui était une faiblesse pendant la campagne électorale est aujourd’hui une force sur laquelle il faut que nous nous appuyions.

En effet, le gouvernement ne disposant plus d’une majorité absolue à l’Assemblée nationale, il aura tout intérêt à porter des politiques sur lesquelles des accords entre partis politiques sont possibles.

Plus que jamais, les corps intermédiaires, dont la FPI, doivent prendre leurs responsabilités et contribuer, grâce à des initiatives innovantes et collectives, à la construction de solutions pour redonner du « pouvoir d’habiter » à nos concitoyens.

Avec la Stratégie Nationale sur le Logement, posons tous ensemble cette première pierre !

 

Pascal Boulanger
Président de la FPI France