Nationale

Editorial de la Présidente

Municipales 2020 : et si on (re)parlait logement abordable ?

"Les thèmes de campagne commencent à se dessiner, et plusieurs indices montrent que la construction de logements ne sera probablement pas « tête de liste » : un discours s’installe sur le besoin de ralentir la construction pour mieux combler les retards en équipements, pour limiter l’impact climat du secteur de l’habitat, pour prioriser la rénovation, pour limiter les grands projets urbains etc. En filigrane, on peut lire la tentation de faire prévaloir la qualité de vie des habitants actuels sur l’accueil de nouveaux arrivants – comme si les deux n’étaient pas conciliables …

Or l’attractivité des métropoles, où notre activité se concentre, ne se dément pas, et au cours des 6 prochaines années, il faudra bien y accueillir de nouveaux ménages. La pression de la demande va rester forte, et sans un flux suffisant de logements neufs, les prix monteront, sur le neuf comme sur l’ancien. Souvenons-nous que l’Observatoire FPI affiche un prix moyen France entière de 4459 €/m2 hors parking. Avec les tensions sur l’offre que nous connaissons, il a augmenté de plus de 5 % depuis 2018, et de plus de 10 % dans certaines grandes villes.

C’est le rôle de la FPI de marteler ce message simple : construire beaucoup ne garantit certes pas la baisse des prix, mais construire moins garantit leur hausse. Nous n’avons aucun intérêt à cette gentrification, et nous devons être les porte-voix du logement abordable. Pour cela, il n’y a pas de solution autoritaire, comme le plafonnement des prix de vente, ni de solution miracle, comme les OFS qui pour utiles qu’ils soient ne pourront pas couvrir tout le territoire, mais un ensemble de solutions pragmatiques – à commencer par la densification. A nous de travailler nos projets, avec les futurs maires, pour en changer la perception."

Alexandra François-Cuxac

Présidente de la FPI France